logo_Religion.qc.ca

Le messianisme

Le messianisme s’avère ainsi un point crucial de la croyance juive, bien qu’il ne s’attache pas nécessairement à une figure historique spécifique. Le judaïsme moderne a intensifié son interrogation sur le sens de la souffrance après les tourments vécus au 20e siècle (déportation, extermination, Shoah). Ce messianisme restauré est présent notamment dans le sionisme (édification de la terre d’Israël) tandis qu’un messianisme utopique s’observe à travers diverses tendances proprement religieuses qui vont de la plus stricte orthodoxie (hassidim) au réformisme le plus libéral. Cette grande diversité dans les manières d’être au monde se traduit par une identité éminemment flexible, au point qu’aujourd’hui certains Juifs peuvent continuer à se dire tels alors même qu’ils se proclament agnostiques ou athées.

La longue tradition du judaïsme permet de repérer une prédilection pour quatre chemins vers Dieu :

  • la bénédiction (accueillir avec gratitude tous les événements de la vie);
  • la prière (mon âme a soif du Dieu vivant);
  • l’étude (en particulier celle des textes sacrés);
  • et la pratique des commandements (codes éducatifs, alimentaires et vestimentaires).

Membres du peuple élu de Dieu, motivés par une promesse ancestrale de postérité et de prospérité, les Juifs d’aujourd’hui interprètent diversement leur héritage historique avec la conviction que chaque génération doit réinventer la tradition. Cette diversité oscille entre le pôle du retour aux normes les plus orthodoxes (hassidisme) et celui de la construction de l’État d’Israël (sionisme) sur la base d’une mission commune de médiation du divin destinée à l’ensemble de l’humanité.

La perception du judaïsme qui a longtemps prévalu dans l’Occident chrétien commence progressivement à être révisée depuis le milieu du 20e siècle. Cet antijudaïsme a marqué des attitudes tenaces qui méritent d’être évoquées, dans la mesure où elles risquent de déformer, encore de nos jours, un regard correct sur le judaïsme et sa vision du monde. Le premier volet de cet antijudaïsme a consisté en l’attribution à tout le peuple juif de la mort de Jésus réclamée par les « princes des prêtres ». Les Juifs forment un « peuple déicide, impie et maudit, éternellement voué à la vengeance divine ». Le second volet concerne la déchéance de l’« Ancienne Alliance » au profit de la « Nouvelle Alliance », le christianisme devenant le seul « véritable Israël ». Les chrétiens ont hérité du trésor juif tout en rejetant ses détenteurs et faisant d’eux des usurpateurs, privant ainsi le peuple juif de son histoire propre. Ce regard séculaire représente un obstacle de taille à franchir pour parvenir à une juste compréhension de la vision du monde et de l’expérience humaine qui caractérise la tradition judaïque.

On dénombre autour de 13 millions de Juifs dans le monde dont 40 % vivent en Israël. Un peu plus de 5 millions vivent aux États-Unis d’Amérique. Selon les données du recensement canadien de 2001, le Québec compte près de 90 000 Juifs dont 67 % sont natifs du Canada.

Accueilhome Bouddhismebouddhisme Hindouismehindouisme Christianismechristianisme Islamislam Religions Amérindiennesautochtone Judaïsmejudaisme Religions du Japonjapon Religions de la Chineying_yang Nouvelles Religionsnouvelles_religions